vendredi 13 novembre 2009

La voix du Cantal !

Puisque j'en suis à la revue de presse, je continue... Je ne crois pas avoir évoqué ici, le seul article qui fût jamais consacré à mon épique voyage (Merci, Fanou.). Il est daté du jour de mon passage à Aurillac... le 23 juillet 2009.
Et rien d'autre, pas un mot dans la presse locale seine-et-marnaise : Pour vivre heureux, vivons cachés !
Pour ceux que cela intéresse de lire l'article sans s'esquinter les yeux (On vieillit, ma brave dame !), je le recopie ci-desous:

"Ce jeudi 23 juillet, Jean-Pierre Le Port, né en septembre 1959, arrivera sur son vélo à Aurillac. Certes, un cycliste à Aurillac, ça n'a rien d'exceptionnel, mais l'initiative de ce breton de naissance est originale. Il a décidé, pour ses 50 ans de faire le Tour de France de son année de naissance, celui de 1959, qui a vu gagner Fede­rico Bahamontes, l'aigle de Tolède.
Parti le sjuillet de Mulhouse, Jean-Pierre Le Port ne sait pas qu'un article va lui être consa­cré. En effet, c'est Fabienne Trayssac, sa belle-sœur qui ha­bite Aurillac, qui a vendu la mèche.
En effet, en 1959, le Tour de France faisait étape à Aurillac au départ d'Albi. Jean-Pierre, qui ne bénéficie pas de l'apport du peloton et qui doit parfois faire des détours par rapport au tracé d'il y a 50 ans - cer­taines routes sont devenues des autoroutes, inaccessibles
Jean-Pierre Le Port en haut du Tourmalet, la première grande difficulté de son parcours.
à vélo -, fera cette étape en deux fois avec une escale à Decazeville.
En 1959, l'étape d'Aurillac était remportée par Henri Angla-de devant Jacques Anquetil et Federico Bahamontes. Le Cantalien Lily Bergaud avait
fini l'étape à la ioe place. Jean-Pierre ne sera pas classé et il n'en a pas besoin. Son défi, c'est de relier l'arrivée à Paris début août après plus de 4700 kilomètres sur les routes de France, mais aussi un peu de Belgique, d'Italie et de Suisse. Un parcours débuté à Mul­house, qui est remonté jusqu'à Roubaix via la Belgique, re­descend vers les Pyrénées via Rouen, Rennes, Nantes, La Ro-chelje, Bordeaux et Bayonne. Puis Jean-Pierre s'est attaqué au Tourmalet et au col d'Aspin et Peyresourde.
Il remonte vers Albi et s'est arrêté hier soir à Decazeville pour une dernière halte avant son arrivée à Aurillac. Ce jeudi, il partira donc de De­cazeville, rejoindra Port d'Agrès puis longera le Lot pour arriver à Vieillevie. Il affrontera alors sa terrible côte avant de rejoindre Montsalvy puis un peu plus tard, Aurillac. Un parcours qu'il ne devrait pas faire seul, si nous sommes bien renseignés.
Jean-Pierre « Bahamontes » Le Port s'offrira ensuite une jour­née de repos avant d'affron­ter la moyenne montagne. Au programme de samedi, l'étape Aurillac/Clermont-Ferrand via le Pas de Peyrol, suivie le len­demain, par une très courte étape entre Clermont-Ferrand et le Puy-de-Dôme, remporté en 1959 par un certain Fausto Coppi.
Un bon apéritif avant les Alpes et la remontée vers Paris, où il devrait « couper la ligne » sur les Champs-Elysées selon toute logique le 5 août prochain, à moins qu'il ne se réserve cette étape finale pour le jour de ses 50 ans, le 22 septembre pro­chain, s'offrant du même coup son propre cadeau d'anniver­saire? Seul Jean-Pierre le sait puisque sur son blog, ce détail, la date de la dernière étape, n'est pas divulgué."

1 commentaire:

  1. La Voix du Cantal17 novembre 2009 à 15:33

    Félicitations pour avoir bouclé votre Tour de France.
    Et merci de nous avoir cité

    La Voix du cantal

    RépondreSupprimer