mardi 21 juillet 2009

Seizième étape, Saint Gaudens Lavaur, 150 Km: Le pays du vent...

Départ de Saint Gaudens vers 8 heures après avoir pris un petit déjeuner copieux, très important le petit déj', le dirai-je jamais assez ! Et je reprends le parcours cycliste de la Garonne par de petites routes sinueuses et quelques tronçons de pistes cyclables.
Et enfin, j'ai vu le train et contrairement aux coureurs de 1959, j'ai attendu. Zut, je n'ai pas scanné les photos de mes "Miroir des sports" ou "Miroir sprint" où on les voit tenter de passer malgré le chef de gare... Ce sera pour plus tard. je rappelle que ce blog se termine le 31 décembre.
Et après de multiples "ZIG" et d'incessants "ZAG" le long de la Garonne...
... et ses ravissants châteaux...
... je suis arrivé à Toulouse par une petite départementale qui me conduisit au centre-ville...
... où j'ai retrouvé la Garonne...
... et découvert le Capitole...
... et l'église Saint Sernin. Demain sur la route, je chanterai Nougarro et Zebda !

Et j'ai retrouvé la route du Tour 1959...
... et l'église Saint Sernin des Rais, comme en 59, entre Verfeil et Lavaur.
Mais moi, je m'y suis arrêté pour découvrir que reposent ici les deux petites filles de la Comtesse de Ségur, Camille et Madeleine. Elles servirent de modèle pour le livre de leur grand-mère. J'ai appris également que la comtesse était enterrée à Pluneret, près d'Auray...
Et je suis arrivé tôt à mon hôtel (avec des kilomètres supplémentaires à cause du parcours cyclable: quand on aime ,on ne compte pas !) grâce à ce vent un peu fou qui m'a poussé depuis avant Toulouse: le vent d'autan ? et qui m'a rafraîchi.

3 commentaires:

  1. Cela a du bon les "petites étapes": j'arrive à te lire avant de partir me coucher!
    Que de jolis contrées traversées, vraiment c'est beau la montagne.
    Joël sera donc avec toi et Lolo jeudi pour votre étape Decazes/Aurillac; Lolo se prépare d'ailleurs puiqu'elle est allée sur Port d'Agrès cet après-midi en revenant par Livinhac; nous on se prépare à vous accueillir, sans les orages annoncés, j'espère.
    Bonne route vers notre cher Aveyron.
    Fabienne.

    RépondreSupprimer
  2. Il paraît que la culture, c'est ce qu'il reste quand on a tout oublié. Je ne crois pas que je me rappelerai où sont enterrées les petites filles modèles, ainsi que la comtesse de Ségur.
    En plus, je n'ai trouvé qu'une souris (entre les pieds du cycliste au premier plan). Alors voila. Je rechercherai tout à l'heure. En attendant, bonne continuation et à bientôt!!
    Mickey.

    RépondreSupprimer
  3. hola!!bravo!!que magnifiques paisajes...bravo y hasta pronto amigo!!

    RépondreSupprimer