lundi 13 juillet 2009

Première journée de repos

Nantes en 1959: le pont transbordeur qui n'existe plus.

Me voici donc à Nantes pour ma première journée de repos. Laurence m'a rejoint à Rennes. Elle a profité de ce voyage pour retourner à Saint Cado puis est arrivée elle aussi hier soir à Nantes chez nos amis Geneviève et Jean-Paul que nous n'avions pas revus depuis quelques années. C'est vraiment avec beaucoup de plaisir que nous nous revoyons autour d'un bon repas et de bonnes bouteilles...
Mais il me faut maintenant, au retour d'une crêperie, vous narrez mes deux précédentes étapes !

Septième étape, Argentan Rennes, 170 km: Un petit air de Paris Brest Paris !
Après un petit déj' pantagruélique, l'hôtel des voyageurs à Argentan est une excellente adresse... je repars sur les routes de l'Orne puis de la Mayenne avant d'arriver en Bretagne. Etape tranquille à travers de jolis paysages de bocage parsemés de jolies demeures.
Le casino de Bagnoles de l'Orne a à peine changé.

A partir de Lassay les Châteaux, j'emprunte l'itinéraire de Paris Brest Paris, organisé tous les 4 ans par l'Audax Club Parisien, et c'est avec plaisir que je retrouve ces routes tranquilles et de grande qualité.
Et je me souviens qu'en 2007, j'ai traversé ce village d'Ambrières sous la pluie à l'aller comme au retour alors qu'aujourd'hui le temps est... correct, du vent de face mais pas de pluie.
Comme les coureurs de 1959, je traverse ce village mayennais...
qui a peu changé lui aussi.
Je dors en Bretagne ce soir (chanson de Gilles Servat)
Fougères où je quitte l'itinéraire de PBP.
Et les clochers bretons se succèdent avant d'arriver à Rennes (Cesson Sévigné plus exactement) par de petites routes paisibles.
Rennes où Grazyck remporta le sprint du peloton sur le vélodrome qui n'existe plus, je crois. Cazala était toujours maillot jaune.
Ce fut sans aucun doute mon étape la plus tranquille, il y avait peu de voitures et de camions: OUF!
Et en plus, Laurence qui m'a rejoint m'a offert un repas gastronomique dans un restaurant chicos qui, malgré un premier abord négatif car un peu guindé, tint toutes ses promesses ! Délicieux et surprenant.

Huitième étape, RENNES NANTES, 138 km: l'étape bretonne

Départ de Rennes sous un ciel gris pour une traversée de ville encore laborieuse...
Etape calme encore et courte, je n'ai vraiment pas envie de continuer sur une Mob' !
Vieille demeure qui est aujourd'hui le musée de la Forêt à Le Gavres.
Mais cette étape avait un particularité rare pour l'époque: elle ne commençait pas à Rennes mais à Blain à 45 km de Nantes. J'ai donc fait 90 Km de plus que les coureurs de 1959 qui étaient venus à Blain en voiture, à moins que les plus courageux aient choisi de faire un petit échauffement, possible.
Est-ce la même rue qui servit de départ en 1959 ? En tout cas, c'est celle qui lui ressemble le plus, et j'ai cherché longtemps.
Et je pars moi aussi pour ce Clm de 45 km j'y trouve même, grâce à ce panneau un petit air d'autrefois...
Enfin j'arrive à Nantes après avoir traversé une grande zone commerciale désertée en ce dimanche de juillet, heureusement. Et cela grâce aux explications d'un cyclotouriste qui m'explique comment arriver au vélodrome Petit Breton, terme de cette étape. Il refuse que je l'accompagne car il ne veut pas me retarder par sa vitesse qu'il trouve trop lente. Il faut dire que ce vieux monsieur est cardiaque et surtout il m'avoue avoir 83 ans! Le vélo conserve...
Par contre, il me sera impossible de pénétrer sur le vélodrome, mon temps ne sera pas homologué. Mais comme il n'est pas glorieux (plus de 2H30 pour 45 km), je ne prétendrai pas rivaliser avec le vainqueur de 1959, Roger Rivière qui parcourut cette étape à plus de 45 km/h de moyenne...
(Cazala gardait son beau maillot tout jaune...)

Courte étape donc qui me permit d'arriver assez tôt chez Geneviève et Jean-Paul qui habitent à deux pas du vélodrome.

1 commentaire:

  1. Je te fais partager le commentaire d'une amie bretonne, quand elle a vue les photos...

    "hooo, je viens de regarder les photos de l'étape nantaise...
    Sur la photo de Blain, celle de la rue avec les arcades à côté... et bien la maison façade rose derrière les arcades, c'était la maison et le magasin de ma grand-mère maternelle, lieu de nombreuses vacances pas toujours sympa... mais parfois quand même si Very Happy !!!!!!! "

    SOUVENIRS,SOUVENIRS...

    Bisous
    Marcia

    RépondreSupprimer