samedi 25 juillet 2009

Jour de repos à Aurillac

Deuxième journée de repos, cela fait du bien de penser à autre chose qu'au vélo autour d'une bonne table !
Malgré tout, il faut nettoyer le vélo, vérifier que tout fonctionne correctement (Je change le pneu arrière qui est un peu entamé et tout "poilu", méfiez-vous des pneus "Hutchinson", et en plus si j'étais arrivé à Clermont Ferrand sans pneu Michelin...). Je dois également préparer mon paquetage pour les 11 étapes qui viennent. Il faut faire des choix... Je n'ai donc pas eu le temps de conter ici la...
Dix-huitième étape, Decazeville Aurillac, 107 km: Un petit air de vacances !
A Port d'Agres, berceau de la famille Alran, la pluie nous rattrape ainsi que le maillot jaune. Oui, celui qui m'a remis le bouquet du vainqueur à Decazeville la veille. Il a l'air décidé à défendre sa tunique d'or !
Pour ceux qui ne le connaissent pas, il s'agit du Tonton de Laurence, Pierre, 88 ans ! Et oui... et toujours un bon coup de pédale ! En effet, aujourd'hui, je ne ferai pas l'étape seul. Je suis accompagné de Laurence, Joël et Bernard que nous rencontrons à Saint Parthem et qui nous accompagne un bon bout de chemin. Sympa d'avoir un peu de compagnie.
Et nous nous sommes dirigé vers un des hauts lieux du Tour 1959: la côte de Vieillevie, qui monte vers Montsalvy. C'est ici que Bahamontès, Anquetil et Anglade portèrent une grande attaque qui fit perdre à Vermeulin son beau maillot jaune et à Charly Gaul tout espoir de gagner ce Tour 1959 !
Laurence n'était pas venue pour prendre le maillot jaune mais, si elle a trouvé la pente rude, moi-aussi d'ailleurs, elle est quand même arrivée...
... en haut de ce qui fut, pendant 3 km, la plus dure côte que j'ai grimpée depuis le début ce mon Petit Tour de France !
Et nous sommes enfin arrivés à Junhac...
... où, après nous être abreuvés, comme Charly Gaul, nous nous sommes restaurés.

Face à la célèbre fontaine où l'eau est potable !

Peu après, Bernard nous a laissés continuer vers Aurillac alors qu'il retournait vers la vallée du Lot.

Et, lentement mais sûrement et, non sans nous être à nouveau arrêtés pour nous... hydrater,
et malgré le vent qui soufflait encore très fort,
Nous vîmes apparaître au loin, les monts du Cantal. Aurillac n'est plus très loin !
Youpi, l'accueil fut également triomphal (Fabienne si tu as des photos qui montrent mieux l'accueil triomphal... je suis preneur.)
La famille Trayssac a vraiment bien fait les choses ! On parle même de moi dans le journal du Cantal ! Merci...

ET APRES L'EFFORT, LE RECONFORT (et un bon coup à boire !)

3 commentaires:

  1. bravo!! que energia despues del esfuerso es bien venido un poco de reconfor!!. y muy pronto para partir de nuevo..."a bientot " amigo!!!hasta pronto....

    RépondreSupprimer
  2. salut jean pierre,
    je suis de retour sur belfort, je pensai a toi;
    je te souhaite bon courage
    bise sarra

    RépondreSupprimer
  3. salut jean pierre
    bravo bravo a toi, je pensai a toi et je visite ton blog avec plaisir
    bon courage
    bise sarra et noha

    RépondreSupprimer