vendredi 10 juillet 2009

Des nouvelles fraîches !

Après deux jours de silence, je reviens donner de mes nouvelles.
Mais avant toute chose, un petit message personnel à ma fille préférée:
I WISH YOU AN HAPPY BIRTHDAY, MJ! (C'est comme ça qu'on dit ?).
Je remercie tout de suite les personnes qui m'ont envoyé des mails d'encouragement... super pour mon égo !
Et maintenant, je vais essayer de raconter les trois étapes qui viennent de se dérouler: au programme, du vent, de la pluie et de la fraîcheur. Qui a dit que le mois de juillet serait magnifique ?
Quatrième étape (NAMUR ROUBAIX, 158 km): Une étape de Flahutes !
Après une bonne nuit et un copieux petit déjeuner, je prends la route des Flandres avec dans la tête d'éviter les pavés du Nord. Ce que je fis sans regret et ce qui explique le kilométrage réduit par rapport à ce qui était prévu, je ne suis qu'un petit humain, avec ses faiblesses et j'avoue que je déteste le spavés, du nord ou d'ailleurs !
Ce qui ne m'empêche pas de traverser la Belgique d'est en Ouest, vent de face ! Cette Wallonie ressemble à la Bretagne, les canaux en plus.
Et j'aime bien les canaux, cela me rappelle Maigret.
Un des rares châteaux que j'ai pu apercevoir.

Et puis je suis arrivé au pays des Flahutes...
Sous la pluie: La mousson belge !
Et enfin le MUUR de Gramont, comme en 59 !
...et en 2009, c'est moi qui vais le monter...
... fastoche sur un développement de 30x29...
Je prends même la peine de m'arrêter...
... et de me faire tirer le portrait, un peu flou.
Et ensuite, je roule sous le vent et la pluie jusqu'en France où le soleil revenu, je peux prendre une photo du mythique vélodrome de Roubaix. Je n'ai pas pu y rouler comme le Français Cazala qui remportait l'étape en 1959 et ravissait le maillot jaune à Darrigade.
Et en arrivant à l'hôtel Formule 1 de Roubaix, j'ai croisé par le plus heureux des hasards mon neveu Anthony que je n'avais pas vu depuis... bien longtemps, et nous sommes allés dîner ensemble.
Cinquième étape (Roubaix Gournay en Bray, 198km): Une étape dans le vent.
Comme en 1959, départ de la place de l'hôtel de ville et ensuite je me perds un peu dans cette grande métropole lilloise peu adaptée au cycliste itinérant dans mon style.
Carte postale du pays minier, mais pas de coron ni de puits, je n'en ai pas vu ! Occupé que j'étais à lutter contre la pluie et le vent. Heureusement j'ai été accompagné par deux cyclos de Villeneuve d'Ascq qui roulaient ves la Normandie comme moi. Nous nous sommes séparés à Arras.

Arras où j'ai cassé une petite croutte.

Vélo taxi d'Arras: un beau métier ?
HEIN ! QUOI ?

Et j'ai continué ma route à travers la Picardie le vent me poussant maintenant par moment: Vent de travers et non plus vent debout !
Et toujours les souvenirs des massacres de 14-18.

A Amiens, je me suis ravitaillé chez Spar, fournisseur officiel des ravitos de 1959. J'ai le goût de la perfection...
J'approche de la Normandie.

Et je fais un petit détour par le joli village de Gerberoy avant de rentrer à mon hôtel de Gournay en Bray assez tardivement.


Sixième étape ( Gournay Argentan, 18o km): Les grandes routes normandes

Avant d'arriver à Rouen, j'ai parcouru 50 km sur une grande route et en plus le petit déj' n'était pas terrible... Alors, j'ai fait une petite pause dans cette belle ville.

Claude Monet l'a peinte...
Et je suis reparti par une grande route calme à travers la zone industrielle, gigantesque ! mais pas de voiture... Avant de retrouver les routes encombrées jusqu'à Bernay.
Et ensuite, je suis enfin entrer dans la Normandie des cartes postales et des chansons de Stone et Charden...


J'ai même franchi le cap des 1000 km dans ce village connu dans le monde entier. 1000 bornes, cela se fête, alors ce soir pas de pâtes !
Je ne relis pas, pas le temps, mon forfait wifi prend fin...

8 commentaires:

  1. la fille en question10 juillet 2009 à 23:55

    Merci....

    RépondreSupprimer
  2. le fils prodigue10 juillet 2009 à 23:58

    Quoi? Mais je croyais que cetait moi ta fille preferee!! Quelle deception!! Enfoire de clavier ecossais qui ont pas daccent!! Bonne continuation garde le rythme on se voit a aurillac gros bisous (big kisses as they said!)

    RépondreSupprimer
  3. 2 fois que je perds mes messages!Ras le bol parfois du progrés.On est content, on a eu de tes nouvelles.
    Manges-tu que des pâtes car j'ai l'intention de faire mieux que Don Camillo quand tu seras ici? En Auvergne il y a bien plus nourrissant!
    Pas trop mal aux fesses, aux gambettes !
    Tiens bien le cap et le vent, à +.
    Fanou

    RépondreSupprimer
  4. SUPER SUPER SUPER SUPER SUPER SUPER EXTRAORDINAIRE THIERRY (audax club parisien)

    RépondreSupprimer
  5. hola!contenta de saver que tu estas bien!!aqui el tiempo muy malo ...amistad de arnoldo y olga "a bientot" y buena ruta!!!!

    RépondreSupprimer
  6. Bonjour JP,
    J'espère que tout c'est bien passé sur ces dernières étapes.
    Je ne savais pas où le marquer donc je le fais ici : il se peut que je sois sur Biscarosse jeudi 16 (50% de chance) donc si tu n'as toujours pas d'hébergement fixe fait moi signe.
    Enfin, ce n'est pas encore sur donc bon...

    Titius ou Thierry.

    RépondreSupprimer
  7. Hello, c'est encore moi, toujours sans accents, et toute seule puisque Guillaume vient de prendre le bus pour rentrer en France (21h de bus, t'imagines?). En fait je viens de me rendre compte que ce blog serait un excellent moyen de communication familiale, tu n'es donc pas oblige de publier tous les commentaires, mais au moins t'es au courant des dernieres nouvelles. Hier nous avons fait un petit voyage organise tout simplement magnifique. Je te conseilles de venir un jour faire du velo sur l'ile de Skye : personne sur les routes hormis des moutons, et des paysages splendides. Bon courage pour la suite et bonne journee de repos.

    RépondreSupprimer
  8. Bonjour JP

    Comme promis un petit mot.....j'étais sur le bord de la route (le gendarme dont vous faite mention sur votre site), il est super votre blog mais la performance est encore plus belle, je vous souhaite beaucoup de courage car bientôt les routes vont commencer à s'élever.Je vais suivre votre tour et dès que je pourrai je vous laisserai un petit mot d'encouragement. A+

    RépondreSupprimer