mardi 7 juillet 2009

Troisième étape, LUXEMBOURG NAMUR 198 km: La Belgique, une fois...

Ce soir je dors au pied de la citadelle de Namur dans l'hôtel Beauregard situé dans les locaux du casino de la ville. Un bon bain, une grande chambre et puis un bon repas de pâtes... Non, non, que l'on ne me plaigne pas... Demain midi avant de quitter la Belgique, je vais essayer de goûter les frites, une fois.
Les lecteurs de ce blog qui n'arrivent pas à laisser un commentaire, peuvent m'écrire un mail, mon adresse est dans mon profil (et en plus je le note ici, voilà, c'est fait: jplp77@orange.fr )
Départ de Luxembourg sous la pluie et ensuite, j'ai dû affronter les giboulées belges toute la sainte journée.J'ai quand même pris une photo de banque avant de rouler vers la Belgique et j'ai eu une pensée pour le journaliste et écrivain Denis Robert, il est moins risqué d'être cycliste au Luxembourg...

Et je suis entré au royaume de Belgique, qui a vécu sans gouvernement pendant plusieurs mois et qui a continué à fonctionner normalement, j'en parlais il y a quelques minutes avec les patrons du resto italien où j'ai mangé mon traditionnel plat de pâtes (le number one est à Namur pour l'instant !), comme quoi ils sont indispensables tous ces tristes sires qui veulent nous gouverner...
Mais revenons à nos moutons... la Belgique donc.
Pluie, ondées et encore averses.
Difficile de quitter Luxembourg à cause de la circulation et, en plus, quand j'ai acheté une carte routière de la Belgique dans une station service, je me suis rendu compte que les routes du Tour 59 étaient devenues des routes à quatre voies ! Il me fallait éviter la route de Bastogne et j'ai donc improvisé une route plus au sud par les Ardennes. Des petites montagnes russes ! Vent de face le matin et de trois-quart dos cet après-midi: super.

Quelques rares châteaux, de grandes lignes droites...


Des paysages vallonnés
(Pas étonnant que cette région s'appelle la Wallonie !) qui me rappelèrent un film belge sorti en 2008, je crois, super, Lolo, aide-moi, je ne me souviens plus du titre !





Je pense que je préfèrerais le côté resto à tout prendre...
Une page d'histoire.


Et je suis revenu sur la vraie route du Tour de France pour finir cette étape par la vallée de la Meuse, de Dinant à Namur par la rive gauche. Zut alors, j'ai loupé l'Abbaye de Leffe sur la rive droite !
Cela n'a presque pas changé...

N'est-ce pas ?

CARTE POSTALE DE LA VALLEE DE LA MEUSE.
Et j'ai refait l'arrivée à la citadelle de Namur. 2 km de montée à 6 % de moyenne où l'Italien Favero vainquit, Darrigade gardant le maillot jaune au terme de cette deuxième étape.
Je n'avais pas bien mémorisé la photo d'époque, j'y ferai plus attention à l'avenir !
Mais avec celle-ci, je complète le tableau.
Demain, même problème de routes à grande circulation, il me faudra joindre Namur à Roubaix en passant quand même par le Mur de Grammont qui culmine à 40 mètres... et le soir, Formule 1 de Roubaix, on ne peut pas vivre que dans le luxe , voyons.

3 commentaires:

  1. Salut Jean-Pierre,
    Tes oreilles ont dû bien siffler ce soir, car nous avons beaucoup parlé de toi. MAis Sarra nous a aussi raconté son accouchement en long, en large et en travers. Cà y est, la forme est revenue car "bla bla bla ... etc"
    Nous avons fait des photos de famille mais il nous manque le cordon de branchement à l'ordinateur : t'en aurais pas un à nous prêter ?
    On pense à toi. Bonne route (signé Arnoldo). Gros bisous.

    RépondreSupprimer
  2. Ce n'est peut-être pas le plat pays de la chanson, mais le ciel a l'air bien bas et bien gris.
    Bonne continuation et merci pour ce voyage avant les vacances.
    Mickey.

    RépondreSupprimer
  3. Hello ! Juste pour faire un petit coucou ! Apparemmemt tout ce passe bien jusque la, pour tout le monde ! Nous on est a Inverness, aujourd'hui on va dire bonjour a Nessie. Bon courage pour la suite. Bisous. Guillaume et MJ.
    PS Maman, les anglo-saxons n'utilisent pas les accents, par consequent il n'y en a pas sur le clavier...

    RépondreSupprimer