dimanche 10 mai 2009

Soixante-septième sortie Randonnée Brie Champagne à Montmirail

Voilà quelques années que je participe régulièrement à la randonnée organisée par le club cyclo de Montmirail. Les années paires, il y a un brevet de grimpeurs qui dépasse les 150 kilomètres, les années impaires un brevet d'environ 120-130 kilomètres.
Il y a toujours en plus 3 autres circuits plus petits.
Souvent, je m'y rends à vélo, ce qui me permet de parcourir plus de distance.
Qui a dit: "Maso !" ?
Tous les ans le circuit change, nous permettant de découvrir d'autres coins et d'autres... bosses.
Cette année ce n'était donc pas un brevet de grimpeur mais cela y ressemblait: j'ai compté au moins 9 montées difficiles... dont une ou deux que je ne connaissais pas.
125 kilomètres au programme + 20 kilomètres pour y aller + 40 pour en revenir (oui, j'ai fait du rab... Qui a répété: "Maso!" ?)=185 km
Départ à 6hoo. Il fait frais et le brouillard me surprend à plusieurs reprises.

Peu de monde au départ quand j'arrive à Montmirail vers 7h00. Je sens que je vais passer une partie de la journée tout seul sur la route...

Et c'est parti avec rapidement une première grimpette à la sortie de Bergères sous Montmirail.
J'ai déjà photographié cette croix en janvier, je crois.
Une ferme briarde, j'ai bien cru que c'était une impasse, mais non, la route continue à droite.
Jusqu'au Poilu de Corrobert qui a été "orné" du drapeau tricolore, 8 mai oblige. Voilà, j'en ai parlé...
Je quitte la vallée du Surmelin par une nouvelle côte pour découvrir un autre vignoble champenois.
Alors là, j'explique: pour ne pas que nous nous perdions , les cyclos de Montmirail se sont levés tôt pour flécher le parcours. En effet, ils n'ont pas pu le faire hier à cause de la pluie. En plus, ce fléchage est très lisible et il y a toujours un rappel par la suite. Bravo et merci !
Je croyais que cela n'existait plus ! Une décharge publique, maintenant on dit "centre d'enfouissement" mais c'est pareil. Elle est située à proximité de Dormans, à la limite de deux départements (l'Aisne et la Marne) et aussi de deux régions (la Picardie et la Champagne). Je me demande si cette situation géographique est le résultat d'une stratégie d'évitement de la contestation, mais j'ai sans doute l'esprit trop mal tourné...

Je vais passer la Marne à Dormans...
Pour aller au ravitaillement offert par le club organisateur. L'accueil est toujours aussi sympathique et le ravito copieux. (J'ai oublié de prendre une photo, occupé que j'étais à bavarder...)

Et je quitte la vallée de la Marne par une longue et difficile grimpette. La Marne est cachée dans le brouillard.
Je passe au-dessus de l'Autoroute de l'Est et la ligne grande vitesse Est. Peu de voitures, pas de TGV mais du genêt !
Curieuse cette croix dans le village de Courmont (si je me souviens bien.). Ce Christ aurait pu être utilisé pour un générique du feuilleton "Le Saint" (souvenirs, souvenirs...)

Une vieille enseigne sur un vieux garage agricole (1959, avant, après ?).

Et j'arrive au village de Fresnes en Tardenois et je ne vais pas pouvoir écouter ce conseil (Freine, en Tardenois !).

Car un groupe de triathlètes de Sézanne me rattrape et je me mets dans les roues pour une belle partie de manivelles qui va durer jusqu'à la bosse suivante à Saint Eugène, et même après... Ma vitesse augmente et ma moyenne aussi !

Sans commentaire...

Deuxième contrôle de ravitaillement: le soleil est là, enfin !

Il nous faut escalader une nouvelle côte pour avoir le droit de contempler cette vue de Condé en Brie. Je suis dans le village qui accueille la fable "Le chien et le loup". J'en ai parlé voici quelques jours si y'en a qui suivent...

Fleurs d'acacia ?

" Le petit chemin qui sent le noisette..." Elle est bien agréable cette descente (Très technique, dirait Jean-René...)

Et il me faut remonter vers Montlevon après être descendu dans la vallée de la Dhuys.
Voilà, c'est fait !

Après je joue à domicile: Rozoy-Bellevalle, Viels-Maisons, Vendières... Aussi ne prends-je plus de photos... Je roule... Je fonce... Afin de rentrer à Montmirail rapidement.

Et sur le retour par la vallée du Petit Morin, je prends une deuxième photo du saule de La Celle.
Mais ce n'est pas fini, diantre...
Une randonnée BRIE-CHAMPAGNE, c'est un appel à la gastronomie, aux bons produits du terroir !
Alors j'ai esayé de trouver des idées... Pas de fromage, hélas. MAIS...
Du foie gras de canard et du pays...
Petit-gris ou Bourgogne ?
Truite aux amandes ?

Et j'ai inventé le cyclotourisme BLING-BLING... Sur les mauvaises routes me ramenant à La Ferté Gaucher, j'entendis le grelot... BLING...Bling-Bling...
...des flûtes à champagne que j'ai gagnées à la tombola organisée par le club de Montmirail, et en plus le nom inscrit sur ces flûtes...

... me va comme un gant, non ?
(Qui a dit:"Mégalo!" ?)

Mais pas de Champagne à mon arrivée, juste une part de charlotte aux fraises... Gastronomie, peut-être... Gourmandise, j'assume !

3 commentaires:

  1. Pour la charlotte, on dit "Merci qui ?"
    Et si le Christ était une femme ? Vous avez vu la taille fine de la sculture de Courmont. Nos racines chrétiennes nous font tout de suite pensé au Christ, mais s'il n'y avait pas la croix, on jurerait que c'est une femme stylisée (pardon, je ne sais plus où placer le "y").
    Et 2 lettres se sont perdues dans ton blog du jour. A toi de jouer !

    RépondreSupprimer
  2. Ouh lala, qu'est-ce que j'ai pris comme retard.
    Alors, maso et mégalo? Non, juste un dingue, quoi!
    Mickey.

    RépondreSupprimer