dimanche 17 mai 2009

Soixante-neuvième sortie: BRM 300

BREVET DE RANDONNEUR - 300 km - 16 mai 2009 Brevet de Randonneurs Mondiaux organisé par l'AUDAX CLUB PARISIEN
Départ de 4 h. 00 à 5 h.OO: NOISIEL Stade Remise aux Fraises

Cela commence assez mal ! Arrivé à 4h10 au contrôle de départ, je me rends compte que j'ai oublié mes bidons à la maison. 300 km sans boire ? Mais non, je récupère un bidon du Paris Brest Paris auprès des organisateurs: Merci l'ACP!

En plus, je ne me suis pas trop pressé pour me préparer. Pour le 100 000ème BRM de 300 km, je pensais qu'il y aurait un discours, un ruban à couper et peut-être même une fanfare ou la télévision, soyons fous ! Mais non ! A 4 h 10, le gros du peloton est déjà parti ! Je me retrouve seul au départ... J'appréhende un peu de devoir traverser les banlieues hostiles que nous devons traverser avant de rouler sur les plaines "accueillantes" du nord de la Seine et Marne...
Alors, je fais le départ ! Je traverse Torcy à toute allure... Le code de la route: quel code de la route ? Et avant de tourner vers Saint Thibault les Vignes, je rattrape un groupe d'une vingtaine de cyclos arrêté à un feu rouge. Vous en connaissez beaucoup des groupes de cyclistes qui s'arrêtent aux feux tricolores à 4h30 du matin ? Je me dis que cette journée sera peut-être moins pénible que je ne le pensais !La nuit tous les chats sont gris mais je remarque le ruban blanc, signe distinctif des membres du forum Super Randonneur, attaché au casque d'un de mes compagnons de route. Il s'agit de Nanard et nous allons passer la plus grande partie de la journée ensemble ainsi que son copain Maurice. Mais au lever du soleil, je suis à nouveau seul. Pauses pipi, lampes ou bidons qui tombent sur la route, copain qui a du mal à trouver son rythme... Toutes ces péripéties désagrègent le groupe. Tant pis, il fait jour et le vent me pousse: "Tant que le vent soufflera, je repartira !"

Mais je fais toujours mes petits arrêts photo ou bien je les prends tout en roulant... J'admire moi-même ma performance !...

L'arbre de Betz dans le petit matin.

Souvenirs de la Guerre de 14-18: de la Marne au Chemin des Dames: décidément on y revient fatalement dans cette région !
Je traverse même une petite rivière qui pourrait donner son nom à notre randonnée... Après la pluie, je peux faire du tourisme à Pierrefonds.
Le château que Violet-Le-Duc a reconstiué sous le Second Empire: Monumental !
Pendant que je "touriste", des cyclos passent leur chemin. Nous allons jouer ainsi au chat et à la souris une partie de la matinée.
Puis je me rends sur les bord du lac de Pierrefonds: Personne à la terrasse !Ni sur le lac ! Un petit air de station balnéaire en vacances de ses touristes...
Mais il reste encore une France qui travaille, mon bon monsieur !
La France des usines... ...et des champs de patates...
A 8h40, j'ai quitté l'Oise pour l'Aisne: Blérancourt, sa mairie... ... et son ancien hospice. Mais j'ai raté la maison de Saint Just et le musée Franco-américain.
Et je taille ma route dans la campagne de l'Aisne... comme si souvent depuis le début de cette année: Pourquoi tant de AISNE ?Je croise à plusieurs reprises le beau canal de l'Aisne à l'Oise et réciproquement.
Et c'est en vue des remparts de Coucy-le-Château que me rejoignent...
... Nanard (il a toujours le ruban blanc au casque), un cyclo inconnu (en jaune, en tête) et...... Maurice qui nous rattrape en haut de la bosse à la sortie de la ville.

Nous sommes au 120ème kilomètre et nous allons faire route ensemble jusqu'à l'arrivée, pour mon plus grand bonheur car bientôt le vent va devenir défavorable (il faut bien rentrer, j'ai laissé la voiture à Noisiel, sot que je suis !) mais surtout parce que ce sont deux compagnons de route très sympathiques et qui roulent très bien !

Premier contrôle à Saint Gobain (Village qui donna son nom à la "multinationale" ?)

Au café de la mairie. Et pendant que les machines soufflent un peu, nous pointons nos cartes et nous ravitaillons.Je réussis même à photographier un nouveau modèle de monument aux morts pour ma Collec'.
Et cette femme du monument me fera toujours penser, même quand je serai très vieux, à la boulangère de Saint Gobain qui me vendit un pain au chocolat: Madame Monsieur...
"Bonjour, monsieur.
-...
-Vous désirez, monsieur ?
-...
-Un pain au chocolat, monsieur. Ce sera tout, monsieur ?
-...
-95 centimes, monsieur. (Je ne suis pas certain du prix..)
-...
-Au revoir, monsieur. Bonne route, monsieur."

Et je crois que j'en ai oublié... Sympathique boulangère: Madame Monsieur !



Reprenant notre chemin, nous croisâmes la route du Tour de Picardie cycliste. En effet, nous fûmes ralentis par les préparatifs de la ligne d'arrivée à Anizy le château. Pour ma part, je me serais bien offert un petit sprint mais les camions d'ASO (Amaury Sport Organisation) gênaient le passage et c'est sur le trottoir que nous franchîmes l'obstacle.

Et nous faisons une incursion renversante dans la Marne...... pour le deuxième contrôle à Fismes où nous croisons Thierry, le président de l'ACP qui accompagne le tandem qui se verra remettre le BRM 300 numéro 100000. Le peloton de tête s'est éparpillé en plusieurs petits groupes.


Petite photo souvenir et hommage aux bénévoles de l'ACP qui sont restés en poste au café des sports de 9h00 à 16h00 pour pointer nos cartes de routes. Merci.



J'ai encore pris le temps de photographier cette mare.
Avant de rejoindre le tandem 100000 qui fut victime d'un incident de chaîne vite réparé grâce au dérive-chaîne de Thierry qui fit ainsi mentir le vieux proverbe cycliste: "Où y'a du dérive-chaîne, y'a pas de plaisir !"

Après le contrôle de Villers Cotterets, où je n'ai pas pris de photo mais où j'ai bien apprécié les chocolat du contrôleur de l'ACP, nous avons roulé à 6 jusqu'à l'arrivée: un tandem et 4 vélos.



Stop grillé ou Stop pas grillé ?

Aux alentours de Meaux, le déluge s'est abattu sur nos têtes, sur nos corps, sur nos vélos, inondant la route...

RINCES,
LESSIVES !
(et je n'ai pas sorti l'appareil photo au plus fort de l'averse !)
Et à l'arrivée, je me suis sauvé pour revêtir de chauds vêtements secs, non sans avoir photographié ce magnifique vélo couché, le tandem 100000...

... et gagné la médaille n°100014 des BRM 300.


Et je me dois de terminer par un autre adage cycliste: "Brevet pluvieux, brevet HEUREUX !"

2 commentaires:

  1. Bonsoir cher sociétaire !
    voilà un beau reportage que j'ai eu plaisir de regarder et de lire. Je ne dirais qu'un mot
    IM PE CA BlE.
    A l'arrivée, il faut que je continue ton reportage, bla bla bla, puis congratulation avec champagne, petits fours, pom pom girls très très légèrement vêtues, bref, il y avait de la belle cuisse !
    A plus, ton président,
    Thierry

    RépondreSupprimer
  2. Y'avait donc, en plus du mollet, de la cuisse. C'est curieux que tu n'aies pas parlé de ça?!?
    Enfin, je ne veux pas semer la zizanie, je laisse Laurence gérer....

    Mickey.

    RépondreSupprimer