dimanche 5 avril 2009

Quarante-septième sortie

Sortie "montagneuse" aujourd'hui ! Quatre belles côtes au programme, à chaque fois pour sortir de mes vallées préférées...
La première, je la grimpe avec Laurence pour sortir de la vallée du Grand Morin entre Le Moulin du Pont et Montmogis. Quel plaisir d'avoir deux dérailleurs qui répondent au doigt (et à l'oeil, mais ça ce n'est pas vrai...). Petit plateau: 30 dents ; grand pignon: 29 dents. Avec ce développement, je grimperais aux arbres !

Et quelques kilomètres plus loin, surprise: une 4 L ! La même que celle de ma maman. La première voiture que je conduisis. La première aussi que je "cassis" (la rime, la rime, que diable ! C'est joli aussi : " La première voiture que je "conduisa". La première aussi que je "cassa.") après 3 semaines de permis...

Mais je m'en rappelle surtout pour les courses ! J'ouvrais le hayon arrière, je retirais la tablette, je rangeais le cadre du vélo, la roue avant, la roue arrière et nous partions chaque dimanche sur les routes du Morbihan avec mon père et mes deux neveux, Eric et Arnaud. Mon père était un peu mon directeur sportif, il prenait son rôle très au sérieux et refusait toujours de payer son droit d'entrée sur les circuits ! Mes neveux étaient mes soigneurs, mais souvent ils ne résistaient pas au plaisir de faire un tour à la fête foraine toute proche. Leur grand-père leur ouvrait facilement son porte-monnaie. C'était en 1982 ...
Je signale aux baignoirologues un détail qui ne m'avait pas frappé sur les autres engins : les robinets ! La vache ! Quel progrès !

Deuxième bosse: pour sortir de la vallée du Petit Morin, entre Orly et Bussières.
Et en haut, deux chèvres effrontées auraient bien aimé me suivre.

Il faudrait en parler à Philippe Séguin !

Ils sont partout: regardez bien le drapeau !

Il me semblait avoir entendu parler d'un wagon du souvenir à la gare de Nanteuil sur Marne... Alors j'ai cherché.

J'ai trouvé le souvenir... mais pas le wagon.
"Ami entends-tu le vol noir des corbeaux..."
La vallée de la Marne annonce la prochaine côte.

Pour aller de Nanteuil à Bezu le Guéry (si, si, il existe ce village !), il faut emprunter une des bosses les plus difficiles de la région ! Je vous jure...

Le sommet enfin ! Je n'ai pas pu sortir l'appareil photo avant. Mon 30 x 29 m'a été d'un grand secours. Et il ne craque pas et il ne saute pas et je ne suis pas obligé de passer le petit plateau en poussant avec le doigt et je peux me mettre en danseuse. Une montée confortable !

Et à Bezu le Guéry, il me nargue, lui ... Mon bidon est presque vide.

A Nogent l'Artaud, je continue ma collection de vieux panneaux.

Pauvre blaireau.

Il avait l'air d'être un brave type pourtant. Brassens le chanta: "Les morts sont tous des braves types..."
La couturière de campagne à la Ferroterie.

Les petites fleurs de la Ferroterie..

Art mural à la Ferroterie...

La DDE a inventé une nouvelle version du jeu de "Mille bornes".

De Nogent l'Artaud à Viels Maisons, je suis passé de la vallée de la Marne à celle du Petit Morin par une côte longue mais en pente douce.
Par contre, pour quitter Verdelot pour Saint Barthélémy, la pente est plus raide pour ma dernière ascension de la journée mais je la connais tellement cette bosse que je peux même photographier, en restant sur le vélo(!), sur la gauche le village de Verdelot...
Et devant moi la pente... pentue... Qui a dit "frimeur" ?
Les aubépines de Montmogis.

2 commentaires:

  1. bravo pour la dernière photo superbe !!

    RépondreSupprimer
  2. je suis revenue en arrière, et je trouve que les commentaires se font rares ! Pourtant JP y met du coeur à l'ouvrage, il faut continuer à l'encourager.
    Moi aussi j'ai connu la 4L de mamy Nanette. Et bien avant la 4L jaune de mes parents. J'ai même pleuré quand ils l'ont vendu. Quelle année, mystère, je n'ai aucun souvenir des dates. Et après ça a été une R6 bleue. et c'est celle-là que j'ai conduite. Mais pas souvent, je n'avais pas de courses de vélo !

    RépondreSupprimer