samedi 25 avril 2009

Cinquante-deuxième sortie: Boussac - Decazeville (Aveyron)

Voici donc les photos et commentaires de la deuxième étape de ma randonnée vers l'Aveyron... le lundi 13 avril, lundi de Pâques.

Après une nuit paisible dans cet hôtel de la Creuse....
... nous prenons comme à notre habitude lors de nos randonnées estivales, un copieux petit déjeuner.

Mais aujourd'hui, je suis seul à enfourcher mon vélo ! Il est 8h20.

Le temps est gris mais il n'y a pas de pluie et le vent me pousse toujours.
Pourtant un incident vient contrarier mon esprit guilleret après une quarantaine de kilomètres... Une chute, une minable chute dans une petite côte de rien du tout ! Je veux changer de plateau et ma chaîne saute. Je pédale quelques secondes dans le vide, je tarde à décrocher mon pied de ma pédale et je m'étale lamentablement sur la route. Je m'insulte, je trépigne et je repars un brin énervé contre moi-même: "Andouille !" Mais plus de peur que de mal: une guidoline déchirée sur la partie gauche du guidon et une petite plaie au genou, gauche aussi, un peu comme moi... Il me reste encore 200 kilomètres à parcourir et je souhaite que ce genou ne me fasse pas trop souffrir. Il n'en sera rien. Pas de photo de l'incident.
Dans ces instants-là, je suis plus cyclo que touriste et j'écoute la machine et les douleurs de mon corps meurtri, non, je rigole !
Mais j'évite quand même le passage à Aubusson, juste un petit détour pourtant, pas de photos de tapisseries donc... dommage !
C'est en montant vers le plateau de Millevaches que je retrouve ma sérénité... et mon appareil photo !

Triste paysage...
Point culminant de ma randonnée aussi !
Point de vaches, point d'humains...
Après une longue descente, j'arrive à Meymac, en Chiraquie...
...où je pique-nique sur la place de la mairie.

Et je reprends la route vers la petite cité d'Egletons, 5000 habitants environ, et pourtant un IUT et un peloton aérien de gendarmerie basé près de l'héliport...

Tout cela grâce à Bernadette, conseillère générale du canton voisin de Corrèze ?
Tiens! justement elle vient se faire coiffer ici à Saint Martin la Méanne. (Scoop ?)

Après une très longue descente, j'arrive à Argentat dans la vallée de la Dordogne.

Noire Dordogne au niveau très bas avant le barrage EDF d'Argentat.


Mais il me faut quitter cette petite ville pour une grimpette de plusieurs kilomètres. Je sais pour avoir bien étudié la carte que j'aborde la partie la plus difficile de ma rando ! De vraies montagnes russes m'attendent !
Petit clin d'oeil. Je me suis même arrêté dans la côte !

Et je roule vers le Lot, dernier département à traverser avant l'Aveyron.

Mais que fume-t-elle la vache ? Et aura-t-elle encore le droit de fumer longtemps ? Pas sûr ! On vient de retirer sa pipe à Jacques Tati sur des affiches dans le métro, pour la remplacer par un petit moulin à vent... Nous vivons une époque absolument moderne !

Vieille ferme rénovée.

Eglise du Quercy, mais suis-je bien en Quercy ? Sans doute, puisque je vois des flèches collées sur la route "Pâques en Quercy", du nom du rassemblement cyclotouriste des jours précédents.

Et je descends vers la vallée de la Cère, une descente très technique, dirait Jean-Paul Olivier...

Après avoir franchi la rivière, la montée n'est pas technique, elle est difficile, dure.. dure... J'ai franchi le cap des 500 kilomètres en 2 jours et heureusement que j'ai un petit, tout petit plateau pour sortir de cette satanée vallée de la Cère!

Le village de Teyssieu vaut le coup d'oeil.

Et la nuit tombe sur La Tronquière et son Magasin Universel ! (Qui est à vendre...) A la fin des années 80, nous avons passé des vacances dans la région, à Cavanié. Chaque matin, je venais à La Tronquière à vélo (8 kilomètres environ) pour acheter le pain et le journal. J'achetais le pain à la boulangerie et "L'équipe" (C'était pendant le Tour de France) au Magasin Universel ! Etait-ce le seul endroit où il y avait un Magasin Universel ? En tout cas, il n'y en n'a plus...

Et enfin, vers 23h00, j'arrive à Decazeville...

2 commentaires:

  1. Enfin...depuis que j'attendais impatiemment le compte rendu de l'arrivée dans l'Aveyron de ce périple pascal.
    Je ne suis pas déçue par des photos toujours aussi belles.
    Mon regret: ne pas avoir fait une petite vidéo le lendemain lorsque tu montais les escaliers;non pas de moquerie de ma part mais juste un bravo pour ta performance.
    Pardon si tu as eu mon 1er commentaire il y a quelques minutes mais j'ai encore fait une fausse manoeuvre pour le publier.

    RépondreSupprimer