mardi 31 mars 2009

L'instituteur chasseur ?

Je me souviens, je me souviens ! Le problème, c'est que je ne me souviens pas. Je l'ai déjà dit, il me reste 4 cahiers de l'école primaire, dont un sans aucune indication d'année.

Il commence le mardi 27 septembre mais de quelle année? Alors j'ai cherché... et j'ai trouvé (Vive internet!) le mardi 27 septembre 1966, j'étais au CE1.. J'étais persuadé que c'était madame Peuron, la femme du directeur, ma maîtresse de CE1. A moins que ce ne fût Monsieur Joncour, un autre instituteur de mon école. J'ai la mémoire qui flanche... J'me souviens plus très bien...
Et à la lecture de ce petit cahier d'écolier, je crois qu'il était chasseur ( ou bien le mari de Madame Peuron ?) ...

Il y a bien des instituteurs cyclistes ou collectionneurs de boîtes de camembert !

Automne 1966, je viens d'avoir 7 ans, la chasse est ouverte...

MARDI 4 OCTOBRE
Notons l'absence de majuscules au début des phrases. 43 ans après, je suis obligé de corriger mes erreurs...
MERCREDI 5 OCTOBRE

J'avais oublié le mot "CARNIER" ?

Cailles, perdrix, poules d'eau ? J'étais déjà un grand artiste !

Le jeudi, pas d'école à l'époque.
Combien d'erreurs en réalité ?

Oui, je faisais des erreurs que mon maître oubliait de souligner, fatigué par sa chasse dominicale sans doute...

Après quelques jours sans chasseur, il revient le samedi pour la dictée !
Carnier ? D'après mon vieux Larousse illustré, c'est un mot d'origine provençale.

MARDI 18 OCTOBRE 1966

MERCREDI 19 OCTOBRE 1966

Hormis les majuscules, c'est pas mal.

Les "oreuilles", c'est quand on a des "oeuils" dans les oreilles... Il faut tout expliquer ici !

VENDREDI 28 OCTOBRE 1966



Dernière partie de chasse ce 28 octobre 1966 ?

lundi 30 mars 2009

Spar magazine

Je viens de recevoir SPAR MAGAZINE de juin 1959. C'est pas très sérieux les PTT !
(A-priori les images s'agrandissent si on clique dessus...)
Rien de nouveau en somme dans la distribution ! Ils n'ont pas inventé grand chose les "pubeux", les "créatifs" des agences de pub et les marchands du vingt-et-unième siècle.

Changement de monnaie, déjà... pouvoir d'achat, toujours... carte de fidélité, ou c'est tout comme...

Moi aussi j'en ai léché des "timbres-épargne" pour les coller sur des grandes feuilles... C'étaient des timbres COOP et non SPAR. Je raconterai un jour Léonne de la Coop (Je crois d'ailleurs y avoir fait allusion ici ?)

Un encart consacré aux boissons alcoolisées, ça, on n'y aurait pas droit aujourd'hui.

Avec un jeu-concours assez coton. Je cite un extrait du règlement: "Ce concours ne laisse pas la moindre place au hasard.Il est accessible à tous et ne nécessite pas de connaissances particulières. Il suffit de bien voir, de bien écouter et de bien retenir." Il ne faut pas être bourré, quoi...
Je ne connaissais pas ce vin divin. Par contre, Sénéclauze, Valcoop, Margnat...
Margnat, tiens, qui eut une équipe cycliste à laquelle appartint, je crois, le vainqueur du Tour 1959, Bahamontes (à vérifier, Yvon si tu me lis ?)

Mais il y a aussi une vraie partie magazine.
Et puis bien sûr: LE TOUR DE FRANCE !

Promis, si je vois un SPAR sur ma route l'été prochain, je m'y arrêterai...



dimanche 29 mars 2009

Hommage à la machine

Hier c'était sans doute la dernière fois que j'utilisais mon vieux vélo LOOK pour une longue distance. Je devrais aller chercher mon vélo neuf mercredi... 1er avril (le conditionnel s'impose et si c'était un poisson d'avril...)
En dix ans, j'ai parcouru plus de 80 000 kilomètres sur cette machine... Presque toutes les pièces sont d'origine (je n'ai changé que le dérailleur arrière: merci M. Campagnolo !), un vélo robuste et fiable.

Dernier contrôle ?

1999: Paris-Brest-Paris randonneur
Malgré ma fière allure, j' ai abandonné à Brest et mon vélo est rentré en train à la maison, tout comme moi !

2000: l'Etape du Tour (Carpentras-Ventoux)
Je viens de gravir le Mont Ventoux en partant de Bédoin (21 kilomètres en 3heures environ, pas très glorieux, que c'était difficile!)

2002: l'Etape du Tour (Aime-Cluses)
Première incursion dans les Alpes, que la montagne est belle-ê-le...

2003: Paris-Brest-Paris
Que du bonheur...

2004: cyclo-camping vers la Loire. Le pont-canal de Briare.
Laurence n'est pas sur la photo, c'est elle qui tient l'appareil.

2006: l'Etape du Tour (Gap-L'Alpe d'Huez)
Deuxième incursion dans les Alpes: Je suis à la peine dans l'Alpe mais quel plaisir de grimper les cols (et de les descendre) sans rencontrer une seule voiture.

2007: Paris-Brest-Paris
EPIQUE ! Ce n'est pas mon meilleur souvenir de vélo. La machine a tenu le coup: aucun incident mécanique, même pas une crevaison...

2008: Dans le Galibier avec Lolo.

Mais je garderai mon vieux vélo, tout abîmé, il me servira encore...

samedi 28 mars 2009

43ème sortie

Aujourd'hui, c'est ma première grande distance de l'année: un BRM de 200 kilomètres. BRM, "késaco"?
Brevet de Randonneurs Mondiaux... Oui, madame, MONDIAUX. Il s'en organise, des BRM! à Taïwan! au Japon ! en Slovénie ! en Norvège ! A Singapour ! ... Je pourrais citer 25 autres pays du monde entier (J'ai la brochure des organisations 2008 de l'Audax Club Parisien sous les yeux!)
Les BRM sont des brevets de randonneurs à vélo - si quelqu'un veut essayer en trotinette, je pense qu'il sera accueilli avec plaisir, pour les caisses à savons, je ne sais pas.
Ces brevets de randonneurs cyclotouristes sont organisés sur les distances suivantes: 200 km, 300 km, 400 km, 600 km et 1000 km.
Tous les quatre ans, l'affluence est grande car pour pouvoir participer au "Paris-Brest-Paris Randonneurs", il faut avoir réalisé dans l'année les BRM 200, 300, 400 et 600 km. Le prochain PBP sera organisé en 2011, les néophytes peuvent commencer à y penser. La préparation mentale est très importante, la préparation de l'entourage peut l'être également...
En 2008, les trois pays ayant eu le plus de participants à leurs BRM sont: les USA, l'Italie et le Japon! La France n'arrive qu'en 4ème position. Randonneurs MONDIAUX, c'est justifié !

Donc, aujourd'hui, BRM 200, organisé par l'Audax Club Parisien au départ de Noisiel (77).
Après le retrait de la carte de route et du parcours détaillé...

... je me dépêche de quitter Noisiel car le temps est sec et... j'ai horreur de démarrer sous la pluie.
Je pars donc avec un petit groupe de 6 cyclos...... à 7 h 00. Nous sommes au moins 67 à prendre le départ de cette randonnée qui va nous conduire au-delà de Château Thierry, par la vallée de la Marne, avant de revenir à Noisiel par les vallées du Petit Morin et du Grand Morin. Je suis un peu le régional de l'étape !
Je laisse bien vite filer mes compagnons de départ pour sortir mon appareil photo...
Le parc de ... on s'en fiche un peu, non ? C'est joli dans le petit matin... sec ! Oui, bonne nouvelle ! Malgré la météo prévue: humide, humide, humide... Ce sera sec une grande partie de la journée...
Et vent d'ouest, donc vent dans le dos à l'aller. Super... Mais il faut quand même penser au retour....

Entre Marne la Vallée (Torcy, Noisiel...) et Marne la Vallée (Val d'Europe et Disney), il reste encore de la place pour la campagne.

Un château fermé...
... mais des chiens qui veillent !
J'ai déjà montré sur ce blog le moulin de Gastins, en voici un deuxième entre Jossigny et Villeneuve Saint Denis. On peut l'apercevoir quand on passe sur l'A4.
J'arrive en pays connu mais le fléchage a dû être utile pour ceux qui ne connaissent pas le coin ou ceux qui ont du mal à lire la fiche de parcours, il y en a... Je pourrais donner des noms...
Il n'y a pas d'erreurs, Paris Brest Paris 2007 est bien terminé ! Mais les flèches peuvent encore servir. Cela évite de tracer des flèches à la peinture sur le route.

Il reste même des flèches du dernier Paris Colmar à la marche: Je n'ai pas continué à pied pour autant ! Mais cela permet de montrer qu'il y a des plus fêlés que moi. Car j'en connais qui ricanent (c'est ma rubrique "DELATION") en se disant: "Paris Brest Paris à vélo, Paris Colmar à pied, alors qu'il y a des voitures si confortables, des trains si rapides et des avions si bon marché !" Je ne répondrai pas à ceux-là car je pourrais dire des gros mots...
Et me revoici dans la vallée du Grand Morin à Serbonne...
... avant de la quitter à Crécy la Chapelle...

... pour rejoindre la vallée de la Marne à La Ferté Sous Jouarre...
...jusqu'à Mont Saint Père (10h32) où je fais tamponner ma carte... et boire un café... et manger un pain au chocolat. Cela a l'air si simple !

Comme je repars, un groupe arrive lui aussi au café de la vallée pour pointer (non, pas au chômage, quoique, étant donné le bazar que semble être la mise en place du "Pôle emploi", joli nom -mais où c'est qu'ils vont chercher tout ça- qui fait froid dans le dos, ce ne serait pas pire de donner RDV aux chômeurs dans des bistrots... ) leur carte de route.
Et là, à la sortie de Mont Saint Père, village bien nommé si j'en crois cette image, j'aurais sans doute brûlé un cierge, fait une prière, mis une pièce dans le tronc de l'ange pour qu'il me dise merci en remuant (non, pas la queue) la tête, déposé un bouquet aux pieds de la Vierge Marie... afin que le Petit Jésus, n'importe quel saint, Hare Krishna, Allah... et tous les dieux du ciel... fassent changer de direction au vent.
Et hop! Vent d'est, SVP mesdames et messieurs ! Qu'il me pousse jusqu'à Noisiel, après m'avoir poussé jusqu'à Mont Saint Père !
Saint René Fallet s'en serait retourné dans sa tombe !
Mais comme je suis un vieil affreux mécréant blasphématoire, hérétique, je me suis contenté de prendre cette photo en me demandant ce que j'allais bien pouvoir en faire...

DONC, vent de face ! Heureusement, on peut s'abriter, même à deux: une fois, je prends le vent, tu t'abrites, l'autre fois tu prends le vent, je m'abrite... et on continue comme cela jusqu'à la fin du vent ! Là entre Artonges et Marchais en Brie, cette méthode fut efficace. Je dus m'arrêter malheureusement à Marchais et la méthode changea: Une fois, je prends le vent, l'autre fois, je prends le vent, la troisième je prends encore le vent et cela continua...
... dans la vallée du Petit Morin et même plus loin,

jusqu'au deuxième point de contrôle, à Rebais (13h32).


Et après Saint Germain sous Doue, j'ai rencontré Philippe (au premier plan) et Yves (au second plan, j'ai raté sa photo, qu'il m'excuse, la prochaine fois je ferai attention.), deux randonneurs de l'Audax Club Parisien. Nous avons affronté le vent, la grêle et les côtes. Et nous sommes rentrés à Noisiel trempés comme des soupes !

L'arc-en-ciel de Tigeaux.


200 kilomètres en 9 heures 35 minutes, moi qui avais tablé sur 10 heures...
Notons au passage que mon brevet est le 271 662ème BRM 200 kilomètres homologué par l'Audax Club Parisien. Le 16 mai, sera fêté le 10 000ème BRM 300 kilomètres, départ à Noisiel, tôt le matin, bande de paresseux.

Les arbres sans tête de Condé en Brie.