mercredi 18 février 2009

Brève de vélo (Dossard n° 8)

Le vélo, c'est le temps. Et la roue, le cycle du temps. Et la roue, c'est aussi la montre et le chronomètre. Des cercles encore.
Le vélo, c'est la bataille incessante des deux cercles, la bagarre de trois cercles, avec le pédalier, et la guerre des cercles innombrables si l'on considère les pignons.
Le vélo, c'est le lutte des rayons contre les aiguilles, le cercle contre le cercle, la course contre le temps, et le temps dans toutes ses acceptations, la course contre le beau et le mauvais temps, le ciel, le froid,le chaud, le vent qui pousse et celui qui ralentit, le soleil qui assomme ou assèche, la pluie qui rend le monde glissant.
La course contre la montre, la grande boucle, les tours, tours de roue et Tour de France,tour de reins et Tour d'Italie, à tour de rôle et Tour d'Espagne, et, puisque tout est cyclique, tout est cyclisme et donc chacun doit se dire qu'un jour ce sera son tour.
Et puisque le tour c'est aussi le mouvement, c'est une révolution.
Le cycliste est un révolutionnaire !

Jean-Bernard POUY

54x14


Editions L'Atalante, 1996



54x14, c'est un beau braquet (Un plateau de 54 dents à l'avant et un pignon de 14 dents à l'arrière, à chaque tour de pédale, on avance de plus de 8 mètres !). C'est aussi le titre d'un livre de JB POUY, qui a écrit de nombreux polars que j'aime beaucoup. Ce livre raconte les "pensées d'un jeune coureur échappé dans une étape du Tour de France. C'est très, très bien écrit...

Mais l'échappé solitaire ne fait pas que penser... (Photo Miroir Sprint n°683 du 6 juillet 1959)

Le 18 février 1959 (Merci MJ)
Ce jour-là, Elvis Presley était de passage à Paris.
Le compositeur autrichien Erich Zeisl (?) est mort.
Enfin le Népal a connu les premières élections de son histoire.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire