dimanche 18 janvier 2009

Brève de vélo (Dossard n°1)

Tel le veau d'or, le vent est toujours debout. Le fameux "vent dans le dos" n'est qu'un mythe, un atmosphérique monstre du Loch Ness.
J'ai questionné sur ce sujet poignant des milliers de cyclistes. Ces gens de bonne foi m'ont juré sur le Christ, la tête de leur vieille mère infirme ou celle de leur poupard préféré, sur la vertu de leur épouse ou leur cuvette de pédalier n'avoir jamais, de leur vie, rencontré quelque vent favorable à l'exercice du cyclisme. RIEN. Pas une brise, pas un souffle. Tous les vents y sont passés. On en a vu de travers, comme le célèbre pet du même nom, à la rigueur de trois quarts ou de sept dixièmes. Nul n'en vit le moindre surgir de l'arrière.

René FALLET, "Le vélo", éditions Denoël

1 commentaire:

  1. C'est parce que vous, cyclistes passionnés et entraînés que vous êtes, vous roulez toujours plus vite que le vent que vous avez dans le dos, et donc, il vous a dans le nez. Croyez-en un "qu'avance pas vite".
    Mistralement.
    Mickey.

    RépondreSupprimer